Comme dans toute entreprise, les employeurs ont des obligations envers leurs employés. En fonction du secteur, ces obligations, notamment les obligations de sécurité varient.

 

RISQUES AU TRAVAIL : L’OBLIGATION DE SECURITE DE L’EMPLOYEUR

Les métiers manuels impliquent de nombreux risques. En l’occurrence, les pieds des travailleurs subissent de nombreux dommages.
Selon l’article R4321-1 du code du travail, l’employeur doit équiper ses collaborateurs en chaussures adaptées. Il doit également mettre à leur disposition les équipements nécessaires afin de préserver leur santé et leur sécurité au travail.
ilkott-obligations-employeurs-chaussures-de-securite

Le choix des chaussures au travail dépend évidemment des risques encourus par les collaborateurs. On distingue deux grandes catégories de risques :

1)  Traumatismes dus à une perforation, un écrasement et une lacération ;
2)  Blessures à la suite de glissades, de faux mouvements, de chutes et d’une sollicitation excessive de la chaussure de sécurité.

Une chute sur les pieds pourra paraître anodine et être d’une douleur temporaire. Seulement, ces accidents de travail ont des conséquences sur d’autres membres et muscles du corps.
Selon l’Assurance Maladie, la deuxième catégorie de risques représente en 2018 près de 10% des arrêts de travail de plus de 4 jours. Les milieux les plus touchés sont l’industrie agroalimentaire et les ateliers de fabrication mécanique.

 

L’OBLIGATION DE L’EMPLOYEUR DE CHOISIR UN EPI ADAPTE

Les chaussures doivent être choisies en fonction de l’environnement de travail. Il existe trois catégories de chaussures, en fonction des tâches réalisées quotidiennement :

  • Chaussures de sécurité ;
  • Chaussures de protection ;
  • Chaussures de travail.

Les métiers du BTP, de l’artisanat et de l’industrie ont tendance à utiliser des chaussures de sécurité.

ilkott-obligations-employeurs-transpalettePour des tâches en logistique, il est préférable d’équiper ses collaborateurs avec une paire adaptée à l’entrepôt. Il faut choisir des chaussures respirantes, confortables et avec une coque de protection.
Pour les opérateurs portuaires, il est important de choisir des chaussures davantage antidérapantes et résistantes à l’eau et au sel.
Les routiers effectuent plusieurs centaines de montées et descentes de camion par semaine. Un équipement antidérapant pour limiter les risques de glissade est le plus adapté. L’employeur doit également opter pour la chaussure la plus confortable possible, afin de soulager le talon au long terme.

 

AU-DELA DE LA LOI, UN CONFORT BONIFIE POUR UNE SANTE AMELIOREE !

ilkott-obligations-employeurs-logistique-transportDans cette optique de protection des employés, une entreprise devrait ainsi refléter sa volonté avec des vêtements de travail adaptés. Le pantalon et le haut accompagnent aussi les travailleurs au long de la journée et doivent être appropriés aux situations.

Dans le secteur de la logistique et transport, pour assurer un confort au travail, le choix du pantalon est décisif. En effet, les mouvements d’une posture debout à assise sont bridés et pénibles avec un pantalon classique. Lors de la prise d’un carton au sol, les mouvements des jambes sont bloqués et le dos courbé.

Nous vous recommanderons d’adopter les pantalons Ilkott, particulièrement notre pantalon YP70, adapté au secteur logistique transport.
Pour découvrir ce produit en détails, téléchargez notre infographie :

ilkott-cta-pantalon-de-travail-sans-genouilleres-yp70

En conclusion, les employeurs du secteur logistique transport ont l’unique obligation d’équiper leurs employés avec des chaussures de sécurité adaptées. Néanmoins, il va de soi qu’équiper complètement ses employés améliore leur confort et diminue ainsi les risques qu’ils encourent au travail.
Le bénéfice d’un EPI adapté est donc double à double sens. L’employé s’expose à moins d’accidents et l’employeur diminue le nombre d’arrêts de travail.

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous via le formulaire ci-dessous :

 

Sources : *https://www.doctrine.fr/l/texts/codes/LEGITEXT000006072050/articles/LEGIARTI000018531559
**https://www.ameli.fr/entreprise/sante-travail/risques/chutes/risque-sous-estime